Comment construire un abri de jardin en bois ?

pergola
Comment choisir la bonne pergola pour sa terrasse ?
mars 23, 2021
Constructeur de maisons
Réussir son projet de construction de maison dans le Bas-Rhin
avril 26, 2021
abri de jardin

L’idée de construire un abri de jardin en bois n’est pas, à première vue, un grand défi pour quiconque a déjà construit une cabane dans les arbres dans son enfance et qui a une certaine expérience tant de l’artisanat que du bricolage. Un plan de construction se crée presque tout seul et le bois peut être facilement travaillé à l’aide d’un outillage composé d’une règle pliante, d’un crayon de charpentier, d’un marteau et d’une lame de scie. Néanmoins, il arrive parfois que le produit de ces efforts ressemble davantage à une cabane de fortune au plus tard après le premier hiver qu’au joli abri qui avait été initialement prévu. De plus, avec les abris de jardin en bois, le matériau de construction a souvent un aspect complètement différent au début qu’après. Il se déforme, des fentes peuvent apparaître, il fonce et grisonne, même dans les surfaces de mur ou de toit ayant fait l’objet d’un vissage et d’un serrage avec des languettes et des rainures, il y a soudainement des fentes de quelques centimètres de large. C’est une véritable science que de travailler le bois correctement et c’est pourquoi voici plusieurs conseils à suivre si vous souhaitez construire votre propre abri de jardin l’esprit serein.

Pourquoi le bois est-il particulièrement adapté à un abri de jardin ?

Un abri de jardin en bois doit normalement durer longtemps et, si possible, être transmis à vos enfants. Le bois est un matériau de construction sain et écologique qui garantit un climat ambiant agréable aux personnes allergiques. Avec des bois de haute qualité et une bonne imprégnation, les abris de jardin en bois peuvent certainement suivre les bâtiments en pierre en termes de longévité. Une raison courante de choisir le bois est due aux nombreux kits disponibles, qui vous permettent d’assembler vous-même l’abri avec les instructions fournies et des outils tels qu’une scie circulaire. Mais quel bois choisir tout particulièrement pour le coup ? Le sapin de Douglas, originaire d’Amérique du Nord et désormais planté en Europe comme arbre forestier, conviendrait parfaitement. Ce bois est durable et résistant aux intempéries, certainement meilleur que l’épicéa indigène, mais bien sûr pas bon marché. Le cèdre rouge serait également un bon matériau de construction pour un abri. En fait, il ne s’agit pas d’un cèdre, comme son nom pourrait le suggérer, mais d’une espèce de thuya – arbre de vie. Le bois est solide, à grain droit, résistant aux intempéries, facile à travailler et n’est pas affecté par les champignons. Cependant, il doit être importé d’Amérique du Nord, ce qui n’a pas un effet favorable sur le prix ou l’empreinte écologique.

Principes de construction d’un abri de jardin en bois

Une fondation devrait être une évidence pour tout abri de jardin en bois. D’une part, il sert d’ancrage, d’autre part, il a vocation à élever l’édifice au-dessus du niveau du sol et donc dans la foulée à protéger la sous-structure contre l’humidité. Pour ce faire, un feutre de toiture peut être placé entre les fondations et la face inférieure de la sous-construction de manière à ce que l’eau ne puisse pas s’infiltrer entre le feutre de toiture et le bois. De même, un traitement spécial de protection contre l’humidité et de préservation de la sous-structure, qui peut également être faite de bois imprégné sous pression, est fondamentalement le même pour les deux principes de construction à envisager. L’une des options consiste à construire une structure porteuse en poutres, qui est ensuite revêtue et remplie de manière appropriée à l’extérieur et à l’intérieur.

L’autre option prend la forme d’une construction semblable à une maison en rondins en joignant par perçage puis serrage des planches les unes sur les autres de bas en haut, de la même manière que vous élèveriez un mur en pierre. Pour cela, il est préférable d’utiliser des rondins d’une certaine épaisseur, de préférence pas moins de 40 mm, mieux encore de 70 à 90 mm avec une double languette et rainure. Les coins sont ensuite construits en entaillant à l’aide d’une meuleuse par rotation les planches de bloc, de sorte que les entailles en haut et en bas correspondent exactement à la largeur restante entre les entailles moins la hauteur de la languette et de la rainure. Les cadres des fenêtres et des portes doivent être insérés avec des cadres coulissants, afin que les planches de blocs puissent encore s’installer le long par la suite. La beauté de cette construction en rondins est, bien sûr, qu’aucune structure de soutien n’est visible. L’épaisseur des planches assure également une très bonne isolation.

L’avantage d’une construction en rondins, comme d’une construction à montants, est qu’elle peut être bordée de deux côtés et que des cavités sont alors créées entre elles dans l’épaisseur des rondins, qui peuvent être remplies de matériau isolant. Le principe du chevauchement est également adapté aux planches extérieures, ce qui permet d’utiliser des planches sans rainure ni languette. Dans ce cas, les planches sont posées par perçage et serrage à l’extérieur grâce à une perceuse visseuse sans fil, du bas vers le haut. L’eau s’écoule ainsi comme sur un toit dont les tuiles se chevauchent. La hauteur du chevauchement doit être d’au moins 3 cm afin que les planches disposent encore d’une certaine place pour se rétracter.

Votre abri de jardin a-t-il besoin d’un permis de construire?

Jusqu’à une certaine taille (espace clos, y compris le surplomb du toit), les abris de jardin peuvent généralement être construits sans permis de construire. Cependant, les réglementations diffèrent d’un département à l’autre et les municipalités ont souvent des exigences différentes dans leurs plans de développement. Dans tous les cas, il est conseillé de se renseigner au préalable auprès de l’autorité responsable du bâtiment. Si la décision est positive, le plan et les spécifications de distance doivent toujours être respectés. En règle générale, il s’agit de 3 mètres de la limite de propriété, mais vous devez également vous renseigner à ce sujet à l’avance.